Le coliving, ou l’art de se loger par affinités

Logement

Nouvelle tendance de la co-location, le co-living consiste à partager avec ses colocataires bien plus que de l’espace et un loyer : des affinités et une nouvelle forme de socialisation.

 

Le coliving ou le logement par affinités

Avec le coliving, on ne vit plus en colocation juste pour des questions financières ou de confort, même si cela reste la principale raison. La tendance vient des grandes villes américaines comme New York ou San Francisco. Elles ont la double caractéristique d’avoir des loyers astronomiques et de rassembler une forte population de Millenials, ces jeunes actifs qui ont grandi avec internet et les réseaux sociaux.

Au-delà de la co-location, le coliving se présente comme une véritable philosophie de vie : on choisit ses co-locataires par affinités. Les colocataires de la Villa Embassy à San Francisco, par exemple, font passer un entretien serré à chaque postulant pour l’une des 15 chambres de la villa. Le candidat n’a aucune chance si aucune affinité ne se crée, ou s’il ne semble pas assez motivé.

Le coliving dépoussière et remet la vie en communauté au goût du jour. Le mouvement de la Villa Embassy cherche à s’étendre et conduit des expériences sociologiques sur la vie en communauté.

Si vivre à plusieurs en partageant loyer et espace séduit de plus en plus, tout le monde n’est pas prêt à vivre dans une communauté sur le modèle de l’Embassy. Ce que les promoteurs immobiliers ont bien compris, avec une offre alternative.

 

Une tendance remarquée par les entreprises

La startup Common par exemple loue des appartements ou des loft tout équipés et organise des évènements intracommunautaires via Slack afin de faire vivre la communauté des habitants de chaque résidence.

La tendance prend aussi un bel essor en France. Imaginez un immeuble où les appartements font entre 20 et 30m2, mais sont tous équipés d’une salle de bain et d’une kitchenette. A chaque étage -et c’est là que réside l’originalité- les locataires disposent de vastes espaces partagés : grande cuisine, salon, bibliothèque, laverie, quand ce n’est pas piscine et salle de gym pour les plus luxueux. Des afterwork, des ateliers ludiques sont également proposés aux résidents qui peuvent s’inscrire via une application.

« Le coliving diffère de la colocation au sens classique du terme, car, ici, on ne partage ni son frigo ni les tâches ménagères. Ce n’est pas non plus une résidence étudiante minimaliste. Dans ce type de lieu, chaque personne dispose de sa sphère privée. En même temps, elle est libre d’accéder à volonté à la convivialité offerte par la multiplicité des espaces partagés. Les codes de la décoration, du design et du service sont empruntés à ceux de l’hôtellerie », explique François Roth, cofondateur de Colonies, une start-up spécialisée dans la gérance et l’animation de ces futurs espaces. L’entreprise prévoit d’ici cet été une résidence d’une quinzaine d’unités à Fontainebleau, destinée aux étudiants de l’Insead et un immeuble de 7 étages abritant 80 logements en coliving dans le 12ème arrondissement de Paris.

De son côté, à Ivry, Redman est à l’origine du projet At Home, une résidence comptant une centaine d’appartements conçue pour les start-uppers qui travaillent à Station F, le plus grand incubateur d’Europe, situé à deux pas.

 

Du co-working au co-living

Coliving rime avec coworking, ces espaces de travail qui accueillent les free lance et les entrepreneurs. De là à faire vivre ensemble des entrepreneurs, il n’y a qu’un pas qui a été vite franchi par les « start up villas » qu’on trouve aux Canaries, au Maroc ou à Bali, ou les « hackers houses ».

Le nom change mais le concept reste le même. Puisque les espaces de coworking donnent lieu à des synergies intéressantes entre free lance et autres entrepreneurs, pourquoi ne pas les faire vivre ensemble  ?

Des résidences sont spécialement aménagées pour les free lance, qui disposent de leur propre chambre et salle de bain, mais bénéficient d’espaces communs : cuisine, espace de travail, salon. Un atout pour les free lance qui peuvent ainsi travailler la nuit – rares sont les espaces de co-working ouvert 24/24 et 7 jours sur 7. Ils peuvent aussi se concentrer exclusivement sur leur activité : courses, ménage, préparation des repas… tout le quotidien est pris en charge par le gestionnaire de ces colocations d’un nouveau genre.

Roam à Bali propose même un abonnement pour accéder à ses –futurs- espaces qu’il compte bientôt ouvrir dans le monde afin de travailler partout dans les mêmes conditions de confort et d’efficacité.

 

Et vous ?

Si vous n’êtes ni entrepreneur, ni free lance et encore moins millenial, il y a aussi une co-location qui vous correspond et Cooloc est là pour vous aider à la trouver. Comment ? A suivre bientôt sur Cooloc !

 

COOLOC lance un appel pour sa rubrique « Témoignages ». Vous vivez déjà en colocation ? Si oui, racontez-nous votre expérience. Sinon, dites-nous ce qui vous manque pour sauter le pas. N’hésitez pas à nous faire part de votre expérience en vous rendant à la page « Contact ».

 

Pour tout savoir sur les tendances de la co-location, consultez la rubrique “Logement” du blog de COOLOC. Et inscrivez-vous à notre newsletter pour ne rater aucun article !

 

Crédit photo : DR