Ces villes où la co-location se développe

Logement
Ces villes où la co-location se développe

La co-location n’est pas réservée aux grandes villes ou aux centres universitaires. La demande augmente dans toutes les catégories de la population et se développe partout en France. Une bonne nouvelle, autant pour les co-locataires que pour les propriétaires.  

 

La co-location, pas seulement dans les grandes villes

La co-location n’est plus uniquement l’apanage des grandes villes comme Paris, Lyon ou Bordeaux, où le marché est tendu, les petites surfaces rares et les prix astronomiques.

  • Depuis longtemps, à Strasbourg et à Rennes, qui comptent de nombreux étudiants, la tendance à partager un appartement est bien implantée.
  • La demande est également forte à Toulouse ou à Grenoble où les propriétaires de grands appartements à proximité des universités, mais aussi en centre-ville, n’hésitent pas s’adapter aux besoins des co-locataires.

Avec la diversification des profils des co-locataires, d’autres villes sont gagnées par la tendance.

  • A Amiens  et à Nîmes, la demande pour des surfaces plus grandes s’accentue.
  • Là aussi, la co-location revient toujours moins cher que la location d’un studio ou d’un deux-pièces.

 

Une opportunité pour les propriétaires

Les propriétaires bailleurs qui disposent d’un grand appartement dont ils ne souhaitent pas se séparer ont tout intérêt à penser à la co-location. De même s’ils songent à un investissement locatif. Pour une raison simple : cela leur coûtera moins cher !

  • Partout en France, la tendance est générale : plus le logement est petit, plus le mètre carré revient cher. Lorsque c’est possible, mieux vaut miser sur une plus grande surface qui sera rentabilisée plus rapidement grâce à la co-location.
  • Par exemple à Brest, un appartement 120 m² à proximité des facultés, a été acheté 100 000 euros et rénové pour 50 000 euros. Il est loué en bail individuel à trois ou quatre co-locataires pour un loyer mensuel de 1 750 €, alors que le loyer moyen pour ce type d’appartement avoisine plutôt les 1 000 €.
  • A Limoges, raconte Le Revenu, « un Parisien a bien compris ce besoin, il vient d’acquérir dans un immeuble des années 70 un appartement de 68 m² avec deux chambres et un grand salon, pour le transformer en trois chambres, qu’il louera ensuite chacune 300 euros ». Une belle affaire sachant qu’un appartement de ce type se loue aux alentours de 560 €.

Malheureusement, les propriétaires restent encore frileux face à la co-location, par manque d’informations ou par peur des dégradations. Ils ne doivent cependant pas avoir peur de faire de bonnes affaires : toujours selon Le Revenu, il est possible dans certaines villes d’obtenir un rendement à deux chiffres grâce à la co-location.

 

Pour tout savoir sur les tendances de la co-location, consultez la rubrique “Logement” du blog de COOLOC. Et inscrivez-vous à notre newsletter pour ne rater aucun article !

 

Crédit photo : DR